Les bienfaits d’un bon brossage des dents

Les bienfaits d’un bon brossage des dents

Le brossage des dents est une habitude saine que la plupart des gens ont intégrée depuis le plus jeune âge. Tant les parents que les dentistes insistent sur l’importance d’une bonne hygiène buccodentaire au quotidien. Mais quels sont les bienfaits concrets d’une telle pratique?

Prévention de la carie dentaire

Un brossage régulier et adéquat permet d’éliminer la plaque dentaire, laquelle s’accumule sur les dents après chaque repas ou collation. La plaque dentaire, aussi appelée « biofilm », est une substance composée de débris alimentaires et de bactéries présentes dans la cavité buccale. Si elle n’est pas retirée de manière assidue à l’aide du brossage et de l’utilisation de la soie dentaire, la plaque transforme progressivement les sucres des aliments ingérés en acides, lesquels attaquent l’émail de la dent, formant une cavité que l’on appelle la carie dentaire. Cette dernière affecte tout d’abord la couche extérieure de la dent puis, si elle n’est pas traitée, atteint la partie interne, où sont logés les vaisseaux sanguins et les nerfs. L’atteinte de ces tissus cause des douleurs importantes (la fameuse «rage de dents») et peut, si la carie n’est pas traitée, mener à la formation d’un abcès (une infection).

L’élimination continue de la plaque dentaire à l’aide du brossage des dents permet de diminuer considérablement les risques de développer des caries dentaires. Pour ce faire, le brossage doit être pratiqué de 2 à 3 fois par jour à l’aide d’une brosse à poils souples, durant environ 2 minutes. N’oubliez pas la langue, les gencives et l’intérieur des joues!

Prévention des maladies de gencives

Un bon brossage des dents contribue également à prévenir les maladies de gencives, dont font partie la gingivite et la parodontite. La plaque dentaire qui n’est pas retirée à l’aide de la brosse et de la soie dentaire se calcifie progressivement et devient du tartre, un dépôt rugueux s’accumulant habituellement sur la surface linguale des dents (du côté de la langue). Une fois installé, le tartre ne peut plus être enlevé que par un.e professionnel.le de la santé buccodentaire, par le biais d’un détartrage. S’il n’est pas éliminé, le tartre peut également s’accumuler sous la gencive, formant alors ce qu’on appelle des poches parodontales, soit de petits espaces créés entre les dents et les gencives, où s’accumulent des bactéries s’attaquant à l’os alvéolaire, soit l’os de soutien des dents. En l’absence de traitement, les dents peuvent devenir mobiles, voire tomber. Pour éviter d’en arriver là, la prévention est de mise!

Prévention de l’halitose

Mieux connue sous le nom de « mauvaise haleine », l’halitose affecte de nombreuses personnes à un moment ou à un autre de leur vie. Si divers facteurs peuvent être à l’origine de ce problème, la principale cause demeure une hygiène buccodentaire inadéquate. L’accumulation de plaque dentaire et, éventuellement, de tartre, est responsable d’une présence accrue de bactéries à l’origine de la mauvaise haleine. Afin de diminuer les risques de développer un problème d’halitose, de simples mesures de prévention, comprenant un brossage régulier des dents, de la langue et de l’intérieur des joues, l’usage quotidien d’un gratte-langue et l’utilisation et rince-bouche peuvent faire toute la différence.

Prévention des maladies cardiovasculaires

Depuis quelques années, la communauté scientifique a établi des liens étroits entre la condition buccodentaire et les maladies cardiovasculaires. Une étude récente*, menée auprès de 247 696 adultes en bonne santé, a en effet montré que de bonnes pratiques d’hygiène dentaire accompagnées de visites régulières chez un.e dentiste diminuaient le risque de développer des problèmes d’ordre cardiovasculaire. De simples habitudes peuvent ainsi vous aider à maintenir non seulement une bonne santé buccodentaire, mais aussi globale.

Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter votre dentiste!

 

 

 

* Park, SY et al. (2018). Improved oral hygiene care attenuates the cardiovascular risk of oral health disease: a population-based study from Korea. Eur. Heart J., 18 décembre.

 

Question ou commentaire

Votre adresse de messagerie et votre téléphone ne seront pas publiés. Les champs obligatoires sont indiqués avec un astérisque (*).

Mise à jour pour