Hygiène buccodentaire de la femme enceinte

Hygiène buccodentaire de la femme enceinte

Grossesse et hygiène buccodentaire

Prendre soin de ses dents et de ses gencives a une importance primordiale durant la grossesse. Une mauvaise hygiène buccodentaire et les changements hormonaux qui interviennent peuvent avoir des conséquences non négligeables chez la mère et le développement du bébé. Certaines habitudes de vie doivent être maintenues ou modifiées afin de prévenir les maladies buccodentaires.

Les fluctuations hormonales et les modifications de l’environnement buccal

Les variations hormonales et les nausées matinales dues à une grossesse peuvent avoir une incidence sur la santé des dents et des gencives.

La gingivite de grossesse

Certaines femmes enceintes sont plus enclines à souffrir de gingivite : les variations hormonales ont pour effet de rendre les gencives plus sensibles à l’acidité et par conséquent à l’accumulation de la plaque dentaire. La plaque dentaire est formée de bactéries. Néanmoins, c’est la plaque, et non les hormones, qui est la cause principale de la gingivite.

Les symptômes comme des saignements, un gonflement, de la rougeur et de la douleur aux gencives doivent inciter la femme enceinte à consulter son dentiste.

L’érosion dentaire

L’érosion dentaire se caractérise par l’amincissement de l’émail des dents : la dentine jaunâtre sous-jacente transparaît. L’acidité des vomissements répétés et les aliments acides peuvent être responsables de la décalcification de l’émail. Ce dernier, une fois usé, ne se régénère pas.

L’épulis gravidique

L’épulis gravidique est une tumeur bénigne de la gencive associée à la grossesse. Il s’agit d’une excroissance rouge qui, souvent, va saigner. Son étiologie reste inconnue, bien qu’un traumatisme, une hygiène insuffisante et les modifications hormonales soient vraisemblablement impliqués dans son développement. Cette tumeur disparaît habituellement après l’accouchement. Si elle devient trop volumineuse, elle peut être éliminée chirurgicalement. Cependant, cette affection est rare.

La prévention et le traitement des problèmes buccodentaires

Pour épargner les gencives, les détartrages périodiques sont recommandés. Il est également conseillé de consulter un dentiste durant la grossesse pour un examen dentaire. Par exemple, une carie non traitée peut engendrer de la douleur ou provoquer de l’infection risquant de se propager dans le sang et être dangereuse pour le fœtus. Il est à noter qu’un traitement d’urgence peut être prodigué à tout moment de la grossesse.

Les actions suivantes peuvent prévenir certains problèmes buccodentaires :

  • Après chaque repas, brossez doucement vos dents avec une brosse à poils doux au moins deux fois par jour avec un dentifrice au fluor, notamment à la ligne des gencives. Utilisez aussi la soie dentaire tous les jours.
  • Évitez les aliments à haute teneur en sucre, malgré les envies sucrées parfois plus fréquentes. Cela évitera une recrudescence des caries. Choisissez des collations nutritives comme le fromage, les fruits et légumes frais. Sélectionnez des aliments riches en calcium, en protéines, en phosphore, en vitamine A, C et D.
  • Si les nausées provoquent des vomissements, rincez-vous bien la bouche avec de l’eau ou du rince-bouche avec propriétés antibactériennes ou du fluorure pour éviter une éventuelle décalcification de l’émail de vos dents. Pour éviter la dégradation de l’émail, celui-ci étant déjà fragilisé après un vomissement, il est recommandé d’attendre 30 minutes avant de se brosser les dents.

Les particularités des soins dentaires durant la grossesse

Idéalement, il serait important de consulter un dentiste entre le quatrième et le sixième mois de grossesse, mais les soins dentaires ne sont pas contre-indiqués en dehors de cette période. Cependant, la grossesse ne devrait jamais être une raison pour retarder un traitement : un problème non traité peut causer des complications.

Anesthésie dentaire

Bien que l’on n’ait décrit aucun danger de malformation causée par des anesthésiques chez le fœtus, l’anesthésie dentaire n’est pas recommandée durant les trois premiers mois de grossesse. À moins que cela ne s’avère absolument nécessaire, il est toujours possible de recevoir une anesthésie locale. Selon certaines études, les anesthésies locales à base de lidocaïne et de prilocaïne seraient sécuritaires.

Radiographie

IMPORTANT : Santé Canada ne recommande pas la prise de radiographie pour les femmes enceintes sauf pour des cas d’urgence.

Il semblerait que la prise de radiographies soit sans conséquence pour le fœtus, car l’irradiation est très faible. Toutefois, par mesure de sécurité, les radiographies sont à éviter pendant le premier trimestre de la grossesse.

Il arrive parfois des urgences dentaires nécessitant l’utilisation de radiographies afin d’aider à diagnostiquer le problème. Si c’est le cas, votre dentiste prendra toutes les dispositions nécessaires pour vous protéger, vous et votre bébé. Entre autres, un tablier de plomb sera placé sur votre abdomen pour minimiser l’exposition aux radiations.

Généralement, chez la femme enceinte, une radiographie est justifiée seulement en cas d’urgence ou si cela s’avère absolument nécessaire au diagnostic.

Prise de médicaments

Il faut être prudent quant à la consommation de médicaments durant la grossesse. Les soins dentaires ou les traitements d’urgence prodigués peuvent être complétés par une prescription lorsqu’une infection s’est installée. La grossesse ne doit pas faire retarder un traitement urgent ou qui est nécessaire. Cependant, certains antibiotiques, anti-inflammatoires ou antalgiques sont à éviter pendant la durée de la gestation.

Antibiotiques

La pénicilline est l’antibiotique de choix pour le traitement de la majorité des infections d’origine dentaire. Également, les céphalosporines de première génération et l’érythromycine peuvent être prises, car leur innocuité semble être établie. Les tétracyclines sont à proscrire, car elles sont néfastes pour le nouveau-né et la femme enceinte. Les antibiotiques doivent être prescrits par un dentiste, un médecin ou tout professionnel de la santé autorisé.

Anti-inflammatoires

Pour lutter contre l’inflammation, on fait appel aux anti-inflammatoires. Toutefois, ces molécules sont à éviter chez la femme enceinte, à savoir les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou les anti-inflammatoires stéroïdiens. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), par exemple l’ibuprofène et l’aspirine, sont déconseillés pendant la grossesse. Il existe des évidences montrant que l’ibuprofène a le potentiel de nuire au fœtus. Il est essentiel de se renseigner auprès de son pharmacien afin d’éviter de prendre de façon inappropriée des anti-inflammatoires vendus sans ordonnance. Il n’est pas à négliger que la prise d’anti-inflammatoires pendant la grossesse peut entraîner de graves effets sur le fœtus et le nouveau-né. L’ibuprofène est connu sous le nom commercial « Advil » ou autres marques populaires.

Antalgiques

Pour soulager la douleur, le paracétamol ou l’acétaminophène, à condition de respecter la posologie, reste la molécule de choix, celle-ci n’ayant ni effet toxique ni effet tératogène. Ce médicament est en vente libre et connu sous le nom commercial de « Tylenol » ou autres marques populaires en pharmacie. N’hésitez pas à consulter votre dentiste ou un pharmacien pour toute clarification sur la prise d’un médicament.

Poser une question ou laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie et votre téléphone ne seront pas publiés. Les champs obligatoires sont indiqués avec un astérisque (*).